La Place des Jacobins
 


Les neufs vies de la place
des Jacobins

ou la place qui a longtemps cherché fontaine à son pied

(suite)

 


   

Place de la Préfecture

    La préfecture du Rhône s'installe au début du XIXème siècle dans les bâtiments désaffectés du couvent, et la place prend le nom de place de la Préfecture. En 1843, un tapissier du quartier lègue sa fortune à la ville. Louis Danton s'est prononcé, il y aura une fontaine sur cette place : " Ayant demeuré longtemps sur la place de la Préfecture j'ai remarqué qu'il manquait à cette place une fontaine monumentale. Mon désir serait que ce que je laisse serve à l'élévation de cette fontaine. "

       Aussitôt dit, aussitôt fait … Une nouvelle fontaine est posée en 1856 sur la place. Dessinée par Liénard, fondue par Barbezat, c'est l'un des premiers produits de l'art de la fonte industrielle de série à Lyon, avec les fontaines de la place de la Croix-Rousse (1854), de la place des Terreaux (1856) et de la place des Célestins (1858). Mais les quatre enfants ailés et agenouillés qui ornaient la fontaine ne se sont pas éternisés sur la place. La fontaine, démontée à peine dix ans plus tard, fut remontée en 1881, place de la Pyramide à Vaise.

   

   Sirènes de la fontaine Delaplanche, place des Jacobins

 

Place de l'Impératrice

        Par ailleurs la place change elle-même de visage. En 1857, l'ouverture de la rue de l'Impératrice entraîne l'élargissement de la place au Nord-Est et sa rectification : elle a pratiquement la forme d'un rectangle maintenant. Son nom change aussi puisqu'elle est devenue la place de l'Impératrice.

        Elle apparaît alors toute choisie pour ériger un monument commémoratif au préfet-maire Claudius-Vaïsse. De plus, les fonds de la succession Danton ne sont pas encore épuisés. Ce monument est conçu par Desjardins : un terre-plein circulaire environné d'une balustrade de pierre à laquelle sont adossées quatre fontaines ornées des statues des Saisons. Hautes de 1m53, elles sont respectivement exécutées par Fabisch (Le Printemps, L'été), Roubaud & Pagny (l'Automne) et Roubaud Jeune (l'Hiver). Celles-ci sont aujourd'hui dans des niches en face de l'orangerie du parc de la Tête d'Or. Inauguré inachevé en 1868, le monument n'accueillera jamais la statue de Vaïsse crée par G. Bonnet et fondue en 1868. Dissimulée lors de la chute de l'Empire en 1870, elle sera refondue en 1870 pour être transformée en … robinets … Glorieuse fin pour un personnage trop impopulaire et dont le monument n'a jamais été accepté. Le cercle des fontaines est démonté.

Aujourd'hui ...

        Et pour finir , le visage actuel de la place reflète enfin celui de la République. Il présente les effigies de quatre artistes célèbres que Lyon a vu naître et dont la gloire a rayonné sur l'art français. La nouvelle place des Jacobins naît d'un concours ouvert en 1877. Sont retenus le projet de Gaspard André, les modèles de statues créés par Degeorges et réalisés par Busque. La conception des quatre sirènes est confiée à Delaplanche. Deux modeleurs, Campagne et Lavigne, sont chargés de l'ornementation. La réception générale des travaux a lieu le 20 décembre 1881.

        Notre place des Jacobins saura-t-elle s'en tenir à sa dernière apparence ?

Julie Vivier

       * * *